Chimes of Freedom (1964)
ALBUM : "ANOTHER SIDE OF BOB DYLAN". - 1964

Un des plus beaux poèmes de Dylan d’après Robert Shelton, une chanson d’amour politique, de compassion, un triomphe de la couleur des mots et métaphores, un des textes les plus rimbaldiens sur la douleur, les exclus, accusés, méprisés, épuisés, etc.





Chimes Of Freedom Les carillons de la liberté
Far between sundown's finish an' midnight's broken toll
We ducked inside the doorway, thunder crashing
As majestic bells of bolts struck shadows in the sounds
Seeming to be the chimes of freedom flashing
Flashing for the warriors whose strength is not to fight
Flashing for the refugees on the unarmed road of flight
An' for each an' ev'ry underdog soldier in the night
An' we gazed upon the chimes of freedom flashing.
Bien après le coucher du soleil et avant que sonne minuit
Nous nous réfugiions sous le porche, alors que la foudre frappait
Et que des éclairs grandioses chassaient l'ombre avec fracas
Ils ressemblaient aux carillons de la liberté qui étincelaient
Qui étincelaient pour le guerrier dont la force est de ne pas combattre,
Qui étincelaient pour les réfugiés sur la route sans armes
Et pour tous les soldats égarés dans la nuit,
Nous regardions étinceler les carillons de la liberté.
In the city's melted furnace, unexpectedly we watched
With faces hidden while the walls were tightening
As the echo of the wedding bells before the blowin' rain
Dissolved into the bells of the lightning
Tolling for the rebel, tolling for the rake
Tolling for the luckless, the abandoned an' forsaked
Tolling for the outcast, burnin' constantly at stake
An' we gazed upon the chimes of freedom flashing.
Accablés par la chape de plomb de la ville, sans nous y attendre nous regardions
Cachant notre visage pendant que les murs se rapprochaient
Alors que l’écho des cloches célébrant des mariages avant la pluie battante
Était englouti par les grondements du tonnerre
Qui sonnaient pour le rebelle, sonnaient pour le débauché
Sonnaient pour le malchanceux, l'abandonné, le délaissé
Sonnaient pour le paria, sur son bûcher sans fin
Nous regardions étinceler les carillons de la liberté.
Through the mad mystic hammering of the wild ripping hail
The sky cracked its poems in naked wonder
That the clinging of the church bells blew far into the breeze
Leaving only bells of lightning and its thunder
Striking for the gentle, striking for the kind
Striking for the guardians and protectors of the mind
An' the unpawned painter behind beyond his rightful time
An' we gazed upon the chimes of freedom flashing.
A travers le mystique martèlement fou de la sauvage pluie
Le ciel tonnait ses poèmes de pure merveille
Que le tintement des cloches des églises emportait dans le vent
Ne laissant que les coups du tonnerre et les éclairs
Qui frappaient pour le doux, frappaient pour le gentil
Frappaient pour les gardiens, les protecteurs de l'âme
Et pour le peintre qui a fait beaucoup plus que son temps
Nous regardions étinceler les carillons de la liberté.
Through the wild cathedral evening the rain unraveled tales
For the disrobed faceless forms of no position
Tolling for the tongues with no place to bring their thoughts
All down in taken-for-granted situations
Tolling for the deaf an' blind, tolling for the mute
Tolling for the mistreated, mateless mother, the mistitled prostitute
For the misdemeanor outlaw, chased an' cheated by pursuit
An' we gazed upon the chimes of freedom flashing.
Dans le soir sauvage cathédrale, dans les contes démêlés de la pluie,
Pour les formes dévêtues sans visage et désincarnées
Qui sonnaient pour les langues qui n'ont nulle part où penser
Confinées qu'elles sont dans leur banalité
Qui sonnaient pour le sourd et l’aveugle, sonnaient pour le sans voix
Sonnaient pour le maltraité, la mère sans ami, celle qu'on insulte à tort
Pour le brigand de peu d'envergure, qu'épuise la poursuite
Nous regardions étinceler les carillons de la liberté.
Even though a cloud's white curtain in a far-off corner flashed
An' the hypnotic splattered mist was slowly lifting
Electric light still struck like arrows, fired but for the ones
Condemned to drift or else be kept from drifting
Tolling for the searching ones, on their speechless, seeking trail
For the lonesome-hearted lovers with too personal a tale
An' for each unharmful, gentle soul misplaced inside a jail
An' we gazed upon the chimes of freedom flashing.
Même si le pâle rideau d’un nuage étincelait au loin
Et que les lambeaux de brume hypnotique se levaient lentement
Les flèches électriques frappaient toujours, tirées mais pas sur ceux
Condamnés à errer ou à rester sur place
Qui sonnaient pour ceux qui cherchent, et que la quête laisse sans voix
Pour les amants aux cœurs esseulés à l'histoire trop personnelle
Et pour chaque âme inoffensive emprisonnée à tort,
Nous regardions étinceler les carillons de la liberté.
Starry-eyed an' laughing as I recall when we were caught
Trapped by no track of hours for they hanged suspended
As we listened one last time an' we watched with one last look
Spellbound an' swallowed 'til the tolling ended
Tolling for the aching ones whose wounds cannot be nursed
For the countless confused, accused, misused, strung-out ones an' worse
An' for every hung-up person in the whole wide universe
An' we gazed upon the chimes of freedom flashing.
Des étoiles dans les yeux, je me souviens que nous riions quand nous avons été pris
Piégés par l'absence d'heures, elles étaient en suspens,
Nous écoutions une dernière fois et jetions un dernier regard,
Captivés, engloutis, jusqu'à ce le son des cloches s'éteigne
Qui sonnaient pour ceux qui souffrent et dont on ne peut soigner les blessures
Pour les innombrables perdus, accusés, malmenés, rejetés et bien pire
Et pour tous les réprouvés du monde
Nous regardions étinceler les carillons de la liberté.
Traduction de David et Michel Pomarède, notes de Pierre Mercy


retour à



La version originale de cette chanson se trouve à
et les droits d'auteur sont réservés.
Pour la traduction, prière d'informer le webmestre
avant toute copie ou référence d'un autre site, merci.